Votre panier est vide  Votre compte

Jésus

Jésus fut la première rock star : un sex-symbol et paradoxalement par sa mort : un symbole obscène. Qu'il fut tenté par la chair, certains comme Amélie Nothomb veulent en faire l'amant de Marie-Madeleine importe peu : il fut l'incarnation de l'amour et la sexualité faite chair, non pas tant l'acte charnel que celui par qui surgit la passion, le Désir . Ambiguïté du terme : qui aime souffre (patior, pati, passus sum). Dieu devenu homme, il nous incite à comprendre Dieu en l'être humain. C'est la base de la philosophie individualiste de LaVey, que je nomme humaniste avec plus de raison : se réaliser en tant que Dieu plutôt que d'attendre que Dieu s'intéresse à nous, ce qui ne se produira du fait de sa non-existence physique. En soi, on le trouve : enthousiasme que l'on pourrait qualifier de dionysiaque, qu'advienne le dépassement de soi transforme et sublime le plomb en or, l'homme en Dieu.  Le mythe de Jésus doit nous inciter à comprendre que l'homme peut lui-même devenir mythique.

 

Jésus Dieu Satan satanisme LaVey

Ajouter un commentaire