Votre panier est vide  Votre compte

Le génie

Le génie dérange car il ne se laisse pas aborder par les catégories de l'esprit commun, dont les seuls intérêts sont l'orgueil, l'appétit de puissance, la chair et la nécessité de s'enrichir aux dépens d'autrui. Là où l'homme ordinaire cherche à tromper son semblable, le génie lui paraît sans cesse à la recherche d' autre chose qui lui permettra d'étancher sa soif intellectuelle ou de parfaire ses capacités artistiques. Le génie partage avec l'enfant l'émerveillement devant le monde mais il s'en distingue par sa nécessaire maturité et son rejet des compromissions humaines. C'est en cela que le génie paraît fou aux yeux de ses contemporains qui ne peuvent admettre que l'individu se dépasse sans pour autant respecter les carcans du jeu social. Bien entouré, c'est à dire soutenu, le génie peut enfin s'épanouir mais s'il se méprend sur lui-même et côtoie ceux qui ne pensent qu'à le tromper, le génie sombre bien souvent dans le désespoir et la mélancolie, il se sent incompris, trahi et abandonné. S'il lui faut accepter une dose de la médiocrité du monde d'ici-bas, il lui faut cependant s'éloigner des hâbleurs , des intellectuels hypocrites et vains, pour mener ses recherches à leur terme. C'est finalement en côtoyant les petits, au sens de plus faibles intellectuellement, que le génie trouve son équilibre mental car sa trop forte intelligence ne doit pas le couper de ses émotions, de l'amour qu'il peut recevoir et de la compassion qu'il peut témoigner.

Brahim Megherbi