Votre panier est vide  Votre compte

Pourquoi Satan?

Un professeur de théâtre me conseilla un jour de ne point parler de satanisme. Mais pourquoi n'en parlerai-je pas? Pourquoi n'exprimerai-je pas ma colère à l'égard de Paris, ville qui m'a crucifié, qui m'a nié et qui m'a détruit? Moi, le brillant élève, moi qui jamais ne m'était rebellé, moi qui dut endosser toutes les calomnies, moi qu'une société française a privé consciemment de tout, parce que la couleur de ma peau faisait de moi une personne gênante ...

Je revendique le satanisme et je dis avec Sade que je voudrais que l'univers explose quand je décharge. 

Insulté, abusé, maltraité, il faut que ma colère explose et le satanisme me paraît le meilleur échappatoire.

Tout autre serait devenu intégriste ou psychopathe, JE l'exprime par l'art.

Un art violent, un art dégénéré, décadent que je revendique. Un art qui choque, provoque, bouleverse. Au diable les bons principes de la bourgeoisie consumériste, je n'en ai que faire.

Je veux qu'elle souffre, qu'elle pose son regard sur sa MERDE.

Car au fond Paris est pourri, le Marais est un marais, je suis comme écoeuré et enragé. Et cette colère est satanique, elle résulte de toute la douleur, l'amertume que je connus.

J'en ai marre des simagrées, de supporter des sottes ignares, du politiquement correct qui cautionne la violence sociale du riche sur le pauvre.

Mon art est celui de la terreur. Carl Orff représente la musique fasciste? Eh bien, il me servira d'introduction à la critique du Saló parisien.

Seul le hurlement peut apaiser ma très juste colère. Celle du juste souffrant. Celle de Sade, celle de Wilde, celle de Brian Vane.