Votre panier est vide  Votre compte

Haut potentiel

Depuis mon enfance, je me suis senti différent des autres, ce n'était lié ni à mes origines, ni à mon orientation sexuelle. J'avais seulement des capacités d'analyse démesurées, je ne parle pas de QI : ce n'est pas un test que je cautionne car il y a plusieurs formes d'intelligence. Ma mémoire était importante et mes raisonnements déroutaient mes semblables. En fait, avec le recul, j'ai compris que j'étais un Haut Potentiel. Je n'en tire aucune gloriole, les fadaises de la célébrité, la prétention et  l'arrogance, je les ai toujours eues en horreur. Mais confronté à des personnes nocives et imbues d'elles-mêmes, j'ai du me confectionner une carapace et être plus snob encore que les snobs pour me faire respecter car Paris est un lieu où les émotifs sont rapidement évincés. Et c'est bien là le corrolaire du Haut Potentiel : l'hypersensibilité qui fait que je ressens avec plus d'importance ce qui pour d'autres ne vaudrait même pas la peine que l'on s'y attarde. Le Haut Potentiel suscite les jalousies, déroute les professeurs, inquiète les cadres au travail et questionne l'autorité. Doué d'une faculté d'empathie hors-normes, il m'est arrivé d'être  la proie de personnes malfaisantes,   de pervers narcissiques, d'escrocs car je ne méfiais pas assez, autre trait caractéristique du Haut Potentiel qui passe souvent pour un bleu, un niais ... Ainsi suis-je un suffer-genius comme le disent les Anglais, handicap auquel s'ajoutent mes origines et mon orientation sexuelle. Mais j'ai appris à me défendre et je suis aussi rancunier que je peux être cruel.