Votre panier est vide  Votre compte

Kennedy

La limousine de Kennedy s'arrête

Pour saluer l'oeil de Zapruder

Encore ce soir un nouveau drame

Endeuillera ma mémoire vive

Gavée au prozac, au déroxat

Je me meurs, mon amour

Je déjoue tous les détours

Je ne crois plus en rien et

Encore moins en moi

Vient ma minute de faiblesse

Mes dents me semblent pourrir

Il y a de ces autels gravés sur mon coeur

Qui disent la chaleur de notre amour

Je ne te comprendrai jamais,

Tu ne me soumettra point non plus

Et néanmoins nous sommes liés

Qu'importe si l'une de ces bêtes féroces

Croit que ces vers s'adressent à elle

Il y a bien plus de mots échangés, furtifs

Quand je ne suis que fugitive

Que d'or dans les caves du Vatican

Où le foutre fout le camp

Sous les sacrifices d'enfants

Pourquoi encore dois je hurler?

Je défie ton Dieu tout puissant

Non pas comme Artaud que je hais

Mais la provocation fait vendre

Hais-moi, aime-moi, Christ cri

Crissent les roues de la limousine

Tout cela au fond n'était qu'un clip.