Créer un site internet
 Votre panier est vide  Votre compte

REVOLTE

 

J'ai passé la soirée à travailler sur l'Age du Grotesque, une sorte de mini-court métrage, sur le fascisme des homosexuels.

C'est une sorte de réflexion autobiographique, sur ce que j'ai pu vivre, et la façon, dont j'ai été traité dans les milieux gays, "Français blancs, bien propres, sur eux", qui sont finalement aussi xénophobes et fascistes, envers les gays d'origine arabe, que les Nazis ont pu l'être avec les Juifs.

J'ai inclus des images de mes films, des images de Salo, des tortures de la guerre en Irak, de mes professeurs et de Jussieu, et des images plus oniriques, de Pierre et Gilles, ou Richard de Chazal.

Ce court-métrage très simple exprime ce dont je souffre, la maltraitance de la part de groupes, dans lesquels j'ai vainement tenté de m'intégrer, et qui m'ont, toujours, fait profondément souffrir, en raison de mes origines socio-ethniques, de sorte que mes rêves ses ont sans cesse transformés en cauchemars.

J'ai mis, en fond sonore, une chanson de Eurythmics,  Sweet dreams (are made of this).

Elle aborde précisément le thème des rêves et de la maltraitance, dans les relations humaines.

C'est une chanson, très sombre, cold wave, en fait, particulièrement, sinistre, mais tout le monde croit que c'est un hymne à la danse. 

Je pense ajouter dans le court-métrage des photos de moi, en train de m'infliger des automutilations, de la sorte, mon public comprendra mieux la profondeur de ma souffrance et l'on cessera de me prendre pour ce que je ne suis pas ; un idiot sans cervelle, un paranoïaque, ou un "bougnoule" de base.

Les gens comprendront, peut-être en fait, le Mal, qui a pu m'être infligé, et se poseront des questions, sur leur comportement, et la façon dont les "Français, d'origine étrangère, nés sur le sol français" sont traités.

Mes automutilations ne sont pas un signe de folie, c'est ma façon de dire :

 

I FUCK YOU,

BUNCH OF MOTHERFUCKERS,

ASS-HOLES AND ASS-KISSERS,

SHITTIER THAN THE GREATEST DUNG IN THE WORLD

If you're so white, explain that SHIT on your face

 

Je vous emmerde!

 

Vous ne m'aimez pas et bien, je ne vous aime pas non plus, et je veux vous dégoûter, car je suis ce que vous avez fait de Moi.

Le monstre, qui vous dégoûte est celui que vous avez engendré. Il est votre propre reflet.

 

Vous m'avez critiqué ?

Vous m'avez harcelé?

Vous m'avez fait souffrir? 

Vous m'avez dénigré ?

 

Pour vous, je suis "fou", je suis un "travelo", et bien, soit, je le serai, au-delà de toutes de vos attentes.

Je cultiverai tout ce que vous m'avez reproché avec la délectation la plus malsaine.

Après tout, Cocteau aurait compris cette façon de penser.

Je ne suis qu’un miroir mortifère, dans lequel les Intellectuels français refusent de se contemplez, car ils ne supportent pas leur propre barbarie.

Le sang, qui coule de mes veines, est celui que vous faites couler, en martyrisant, physiquement et socialement.

La soi-disant société parisienne "bien-pensante" est une société criminelle, aussi intolérante, en réalité, que l'Iran des mollahs.  

Comment osez-vous parler de terrorisme quand chaque jour, vos regards de bêtes sauvages distillent la haine, la condamnatuion, la violence raciste à mon égard?

Allez au diable et qu'il vous crucifie sur une croix inversée!

Pour ma part, je lui ai vendu mon âme et je me suis fait un prix d'ami, car la seule différence entre lui et moi est une question de nom ...

Regie Satanas FFF

Brahim Megherbi

18/08/2020