Créer un site internet
 Votre panier est vide  Votre compte

L'Androgyne

 

L'ANDROGYNE


L’Androgyne est un personnage archétypique. Il réunit la masculinité et la féminité, en les dépassant. Il se retrouve dans les cosmogonies antiques (Râ en Egypte est mâle et femelle, sa partie féminine étant Rât), mais aussi dans la philosophie grecque (Le Banquet de Platon).

Dans la mythologie grecque, l’Androgyne est Hermaphrodite (Hermaphroditos), fils d’Hermès et d’Aphrodite, dont le corps fut réuni à celui de la nymphe Salmacis.

En Alchimie, l’androgyne se nomme Rebis (la chose double, du latin res bis) et en occultisme, le Baphometh, maître des Sabbats, est à la fois mâle et femelle.

En littérature, Balzac créa le personnage de Seraphitus (Seraphita), inspiré par les théories de Swedenborg. Seraphitus est aimé en tant qu’homme par Mina et il est aimé en tant que femme pat Wilfred. Se réalisant dans l’amour humain, concret, il n’est pas un ange, mais un « être total ». 


L’androgyne bowien (Ziggy Stardust) était à la fois mâle et femelle, homme et animal, extraterrestre, moral et immoral. Il fut plus tard décliné sous d’autres formes (Halloween Jack etc…). 


Chez Marilyn Manson, l’Androgyne est Omega, représentation christique, étape intermédiaire entre le Ver et l’Antichrist Superstar, androgyne et Ubermensch nietzschéen à la fois. 

L’androgyne (du grec andron, homme et gune, femme) est un individu, qui refuse le schéma patriarcal et phallocratique de la division sexuelle (comportements, mode vestimentaire, préoccupations…); L’androgyne est un transgresseur du gender role, ou un transgender, mais il ne se confond ni avec un travesti (cross dresser) qui emprunte les vêtements de l’autre sexe, ni avec un transsexuel, qui est un individu, cherchant à changer de sexe. 


Un androgyne est un individu, qui questionne la notion de gender role, sur un point de vue intellectuel et/ou artistique, de façon à démontrer l’inanité même de la notion de division sexuelle. 

Brian Vane est mon personnage d’androgyne décaden. Il porte en lui toute la violence et les contradictions d’une société en lui. Il est à la fois réaction contre les mœurs et la morale de son époque, et ultime caution paradoxale de ces mœurs.