Votre panier est vide  Votre compte

Pensée

30 juillet 2019

J ai tant cherché à être reconnu que cela ne m importe plus. Mais demeure en moi la pensée que tout ce que j ai fait ne fut pas vain. Le seul reproche que je ne veux que l on me fasse, C est celui de la légèreté. Il y a plus de profondeur dans l un de mes poèmes que dans l oeuvre de M. d Ormesson. La gloire de ce monde va à lui, celle de la postérité sera mienne. Point d orgueil dans ces phrases, juste une réflexion sensée. Si j étais né noble, on m aurait sacré.

Qu importe les honneurs ...

Vanité des vanités, tout est vanité.

 

La plus belle des récompenses est de savoir que j ai oeuvré à l édification humaine. Je ne fus pas Freud car mes conditions de vie ne me le permirent pas, ni Sade car je suis trop droit et intègre pour me rebeller, ni même Cocteau car il lui manqua mon intérêt pour l histoire des religions, chose qu il brada pour la mythologie et ses fariboles.